Concept théorique de moteur Stirling avec gaz de travail ionisé MHD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Concept théorique de moteur Stirling avec gaz de travail ionisé MHD

Message  Grégory Sellier MHD le Sam 11 Juin - 15:33

Moteur Stirling MHD ... Magnéto .Hydro .Dynamique

Gaz, fluide de travail comprimé à 25 bars ionisable
pour MHD pour régulation du cycle de Stirling idéal !

A suivre...


Simple concept. Pas de proto ni commercialisation !!!! Existant à ce jour !


Grégory Sellier MHD

Messages : 2
Date d'inscription : 11/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concept théorique de moteur Stirling avec gaz de travail ionisé MHD

Message  Grégory Sellier MHD le Sam 11 Juin - 15:47

La MagnétoHydroDynamique est une méthode de propulsion encore considérée comme expérimentale, fondée sur les travaux de l'anglais Michael Faraday.

Le principe de la MHD, non envisageable dans le vide, consiste à faire circuler dans le milieu entourant le mobile un courant électrique. Le mobile, en même temps, va émettre un champ magnétique. Selon la loi de Laplace, ce champ va exercer une force sur le courant, et donc sur le milieu où il circule : c'est le principe de la plupart des moteurs électriques. Le milieu étant ainsi déplacé par rapport au mobile, c'est en fait celui-ci qui, par réaction, subira une force permettant de le propulser. Encore faut-il faire apparaître les champ et courant nécessaires :

pour le champ magnétique on y parvient facilement en installant dans ou sous les parois du mobile des bobinages (comme ceux des moteurs électriques) parcourus par un courant électrique approprié.
pour le courant électrique, tout dépend du milieu : dans l'eau de mer, il est facile de faire circuler un courant au moyen d'électrodes posées sur l'enveloppe du mobile. C'est pourquoi la propulsion MHD a été expérimentée, pour l'instant avec succès, aux Etats-Unis et au Japon, sur des maquettes de navires, aussi bien de surface que de sous-marins. Dans l'air, naturellement isolant, il est plus difficile de faire passer un courant électrique, mais on sait rendre l'air conducteur au moyen, par exemple, de champs électriques puissants engendrés, là encore, par des électrodes appropriées (l'air, rendu conducteur, peut devenir plus ou moins lumineux, ce que l'on a fréquemment observé autour des objets inconnus). Quant au champ magnétique, il peut être créé comme pour les bateaux. Cependant, dans l'air, la propulsion est beaucoup plus difficile à obtenir, puisqu'elle doit non seulement propulser le mobile, mais d'abord compenser son poids. Les champs électriques et magnétiques requis sont donc beaucoup plus intenses que pour un navire et, en pratique, il n'est guère envisageable d'obtenir les champs très intenses sans avoir recours à des bobinages supraconducteurs. Encore théoriques jusqu'à il y a quelques années, leur mise en oeuvre dans un véhicule aérien est, depuis 1991, une perspective crédible, avec la découverte de supraconducteurs capables de fonctionner à des températeurs proches de l'ambiante.
La propulsion dans l'atmosphère, sans hélices ou réacteurs, est donc en principe tout à fait possible par MHD, et le calcul montre que la puissance nécessaire n'est, dans certains cas, pas incompatible avec nos moteurs aéronautiques actuels [1].

Les premiers travaux sur la propulsion MHD, avec ionisation d'un gaz, datent de l'immédiat après-guerre et ont sans doute été envisagés sommairement avant 1939 [2] [3].

Kulsrud (1958)

Donald Menzel en 1962, traitant de MHD [4]

Dans un rapport à l'American Rocket Society, le physicien de l'Université de Princeton Dr. Russell M. Kulsrud a indiqué que le nouveau domaine de l'"hydromagnétique" (anciennement appelée magnétohydrodynamique) pourrait aider à résoudre le problème de la réentrée de missile [5]. Dans les dispositifs de fusion nucléaire (bombes H par exemple) les champs magnétiques sont utilisés pour maintenir les gaz électrifiés à distance des murs d'un conteneur suffisamment long pour que la réaction nucléaire puisse avoir lieu. Le même principe, dit-il, pourrait être utilisé pour détourner les gaz chaud générés par les appareils plongeant dans l'atmosphère. Le docteur Kulsrud, qui travaille sur le projet Matterhorn de physique des plasma à Princeton, a également dit que le concept de science-fiction de l'utilisation de "champs de force" pour repousser les objets arrivants devenait une réalité en hydromagnétique.

Le premier brevet sur la propulsion MHD en milieu marin date de 1961, déposé par l'américain Rice. En 1962, un 1er rapport sur le sujet est rédigé par un autre américain, du nom de Phillips.


A suivre

Grégory Sellier MHD

Messages : 2
Date d'inscription : 11/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concept théorique de moteur Stirling avec gaz de travail ionisé MHD

Message  SWINGREGORY le Mer 15 Juin - 18:58

L'utilisation de la MHD comme "clapets anti retour, ou soupapes" serait intéréssant pour combiner un moteur Stirling avec un moteur Ericsson...

soit un Stirling avec 2 régénérateurs fonctionnant ...

SWINGREGORY
Admin

Messages : 179
Date d'inscription : 02/07/2008
Age : 41
Localisation : amiens ( 80 )

Voir le profil de l'utilisateur http://cogeneration.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concept théorique de moteur Stirling avec gaz de travail ionisé MHD

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:14


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum